Non classé

Eleanor & Park (Rainbow Rowell) – L’Unique Chronique #13

eleanor&park

Quand on m’a offert la version numérique de ce livre, je ne m’attendais pas à un coup de coeur aussi fort. J’avais déjà lu Fangirl, de la même auteure, et je l’avais beaucoup apprécié, mais là, c’est d’un tout autre niveau. Parfois, on tombe par hasard comme ça sur des perles incroyables, et c’est pour vivre encore et encore ce genre de rencontres littéraires, réelles ou de papier, que j’aime autant la lecture.

Les personnages

Eleanor est fabuleuse. Elle est toute douce, et en même temps forte, belle d’une façon qu’on voit très rarement dans les romans. Elle porte sur le monde un regard avide d’apprendre, qui m’a souvent rappelé le mien, quand je découvrais seulement internet et l’infinité de possibilités que ce nouveau monde m’offrait. Eleanor m’a tellement touchée et m’a tellement rappelé celle que je pouvais être parfois qu’il m’était impossible de ne pas m’attacher à elle.

Quant à Park, il m’a aussi beaucoup touchée. J’apprécie le fait qu’il n’y a pas vraiment de personnage faible ou fort dans cette relation, ils ont tous les deux des forces et des faiblesses qui s’équilibrent. Park est presque poétique, et c’est rare, pour un personnage masculin. Les personnages secondaires, quant à eux, n’ont pas été aussi marquants, mais ils fonctionnent bien : ceux qu’on doit détester sont détestables, et ceux qu’on doit aimer sont adorables. En bref, au niveau des personnages, il s’agit d’un sans-faute !

L’histoire

D’habitude, je n’aime pas trop ces histoires avec une fille qui arrive dans un nouveau lycée et que tout le monde déteste sans raison, qui se met, comme ça, les gens les plus populaires à dos, alors qu’elle est tellement belle et tellement parfaite. C’est un truc qui a tendance à m’agacer dans les romans : les pestes n’ont pas une espèce de radar qui leur permet de repérer leur nouvelle rivale. Souvent, le harcèlement scolaire commence à cause d’un acte subtil, de l’affection d’un professeur, ou tout simplement parce que la personne victime a le tort ultime d’être trop différente de ce qu’attendent ses camarades. Dans cette histoire, cette logique est respectée, et ça me fait beaucoup plus de bien, en tant qu’ancienne victime, que de voir des filles canons être harcelées parce qu’elles sont trop jolies.

Dans la même logique, en vrai, c’est rarement le gars le plus sexy de l’école qui vient à la rescousse de la personne harcelée. Park n’a rien d’un belâtre ou d’un bad boy, c’est par gentillesse et parce qu’Eleanor l’intrigue qu’il lui vient en aide au départ. D’ailleurs, ils ne mettent pas leur langue dans la bouche de l’autre dès le chapitre trois, et ça aussi, c’est très cool. Les histoires d’amour au premier regard, ça fait rêver bien sûr, mais parfois, on a aussi besoin de se rappeler que l’amour peut prendre du temps pour se développer.

Cette histoire, dans toutes ses subtilités et ses aspects, est d’un réalisme que j’admire. J’ai vraiment adoré plonger dans les dernières années du vingtième siècle – même si je ne sais pas exactement si on était dans les années septante, quatre-vingt ou quatre-vingt-dix – et découvrir la vie qu’ont eue des adolescents à une autre période. Tout, dans l’histoire, est comme teinté d’un réalisme que j’ai énormément apprécié.

Pour conclure

Eleanor & Park est un énorme coup de coeur. Je persiste et signe donc dans mon admiration pour Rainbow Rowell et conseille ce livre à toute personne ayant envie d’une histoire d’amour à vous tirer des larmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s